1. Home
  2. « Laureen avait les savoir être et la volonté de se former »
  3. « Laureen avait les savoir-être et la volonté de se former »

« Laureen avait les savoir-être et la volonté de se former »

Laurent Coubard est directeur du Geiq 72 BTP Environnement. Parmi les projets d’accompagnement qu’il a pu mettre en place, celui de Laureen. Grâce au Geiq, Laureen a pu obtenir un titre professionnel d’Agent d’entretien du bâtiment et devenir ouvrier polyvalent du bâtiment.

Découvrir

Cette interview a été réalisée dans le cadre de la seconde édition du magazine La plus belle façon d'embaucher.


Quel était le parcours de Laureen avant d'entrer au Geiq ?

Laurent Coubard : Laureen était titulaire d’un BEP et d’un Bac Pro aménagement paysager. À la suite de son parcours scolaire, elle a intégré un contrat avenir en tant qu’adjoint technique. Durant cette expérience, elle a découvert l’entretien général des bâtiments (petits travaux, peinture…). Cela lui a beaucoup plu et a suscité son envie de poursuivre dans ce domaine. N’arrivant pas à intégrer une entreprise, elle a fait appel à nous afin d’acquérir à la fois les compétences via la formation et l’expérience sur chantier.

Quelles étaient les particularités de son profil ?

Âgée de moins de 26 ans, Laureen était demandeuse d’emploi de longue durée et suivie par la mission locale. Elle avait une réelle motivation pour intégrer le domaine du bâtiment mais le fait d’être une femme compliquait l’accès direct à une entreprise. Laureen avait les savoir-être professionnels et la volonté de se former. Elle avait juste besoin d’une aide pour intégrer une entreprise afin de pouvoir montrer ses capacités.

Comment le Geiq a été un appui pour permettre l'intégration de Laureen ?

Le tuteur était sur la réserve, aussi bien sur les capacités physiques de Laureen que sur son intégration au sein de ses équipes masculines. Il a toutefois accepté de lui donner sa chance et ne regrette absolument pas son choix à ce jour.

Comment se sont déroulés les échanges et le suivi avec le tuteur ?

Mon premier échange avec lui a consisté en un appel téléphonique pour lui présenter la candidate, en l’occurrence Laureen, son parcours et lui donner mon ressenti lors de notre entretien. Ensuite, durant le parcours, nous avons continué à échanger régulièrement, par téléphone et en présentiel, afin que je puisse m’assurer que le comportement de Laureen corresponde bien à l’attente de l’entreprise et que ses compétences évoluent de manière positive au fur et à mesure des formations. Pour ce faire, je m’aide d’une grille de suivi sur laquelle je reporte les savoir-être et les savoir-faire tout au long du parcours. Cela permet à Laureen, le tuteur et nous-même au Geiq de mesurer l’évolution et de réajuster si besoin.

Le dispositif répondait-il au besoin de l'entreprise et de la personne salariée ?

D’un côté, pour l’entreprise, le dispositif Geiq permet la recherche d’un candidat selon un profil correspondant à son attente, ainsi que d’adapter le parcours de formation en fonction des besoins. De l’autre, pour Laureen, le dispositif Geiq permet d’intégrer une entreprise, de montrer ses capacités, de suivre une formation et obtenir un diplôme reconnu par la profession à l’issue du parcours.

En quoi le parcours de Laureen est-il exemplaire ?

Le parcours de Laureen prouve que le domaine du BTP n’est pas exclusivement réservé aux hommes. Et qu’avec une réelle envie et un investissement, le Geiq est là pour aider tous les candidats qui souhaitent réaliser leur projet professionnel.

HAUT