1. Home
  2. « Nader a montré beaucoup de motivation malgré la barrière de la langue »
  3. « Nader a montré beaucoup de motivation malgré la barrière de la langue »

« Nader a montré beaucoup de motivation malgré la barrière de la langue »

Isabelle Beaudoux est la directrice du Geiq 41. Elle a accompagné Nader, réfugié et bénéficiaire d’une protection internationale.

Découvrir

Cette interview a été réalisée dans le cadre du magazine La plus belle façon d'embaucher, créé à l'occasion de la 5ème édition de l'événement "3 jours avec les Geiq".


Via le dispositif Geiq, Nader a pu bénéficier d’une formation dans le secteur du bâtiment. Il est actuellement en formation pour obtenir un Titre professionnel de Carreleur, en parallèle d’un apprentissage accéléré de la langue française. 

Quel était le parcours de Nader avant d'entrer au Geiq ?

Isabelle Beaudoux : Nader est bénéficiaire d'une protection internationale (BPI) par son statut de réfugié. Sur le plan professionnel, il est aide-maçon, avec de nombreuses années d'expériences derrière lui. Ses savoir-être sont d’ailleurs appréciés des entreprises.

Comment s'est passée la rencontre avec l'entreprise ?

J'ai rencontré le gérant de l’entreprise, SRS Blois, au Business circle 41 [ndlr : un club satellite du MEDEF Loir-et-Cher dédié au développement économique]. Il m'a fait part d'un besoin sur le métier de carreleur. Nader était en activité partielle et voulait obtenir un poste dans ce secteur. Nous avons convenu d'un rendez-vous tous les trois et avons rencontré Thierry, le tuteur.

La formation a-t-elle été primordiale ?

Nader avait encore besoin d'évoluer en français et d'obtenir une certification reconnue en France pour valoriser ses compétences de carreleur. L'entreprise SRS a accepté d'accueillir Nader en mise à disposition avec un planning de formation chargé : le mercredi français chez Alire et une semaine par mois au CFA BTP 37 pour le Titre professionnel de carreleur. Nader a montré beaucoup de motivation malgré la barrière de la langue. Il progresse en français de jour en jour. Il fait l'effort de prendre le train pour aller au CFA BTP dans un autre département. Il s'adapte et fait preuve d'intégration, de courage, tout cela a 38 ans.

En quoi la crise sanitaire a-t-elle impacté l'accompagnement de Nader ?

Le contexte lié à la crise sanitaire a affecté son quotidien, par exemple pour expliquer ses attestations de déplacement. L'accompagnement sur sa situation administrative et sociale est nécessaire. Nader nous sollicite s'il ne comprend pas certains documents. Au besoin, nous l'orientons vers les partenaires du Loir-et-Cher qui lui viennent en aide. Pendant le confinement, il a d'abord été en activité partielle car le chantier de la première entreprise a fermé. Nader a su s'adapter

HAUT